C’est la  science qui étudie l’influence des forces mécaniques sur les tissus biologiques  comme la peau et les os mais aussi les cellules.

En plein essor depuis 30 ans, la mécanobiologie étudie comment les cellules et les tissus répondent aux conditions mécaniques de leur environnement. Elle profite notamment de nouvelles techniques permettant d’observer presque en direct les cellules se déformer, résister à une pression, réorganiser leur squelette ou déclencher des réactions biochimiques face aux forces mécaniques extérieures.

La plupart des recherches en mécanobiologie s’effectuent in vitro : on étudie l’effet de forces mécaniques sur les cellules de la peau ou des os qui ont été initialement prélevés et cultivés dans des boîtes de pétri au laboratoire.

*Photo | Boîte de pétri où l’on observe les cellules.

On pourrait dire que la mécanobiologie, c’est ce que fait la recherche LPG® depuis plus de 30 ans avec endermologie®.

LPG® & la mécanobiologie in vivo

La recherche LPG® étudie l’effet des soins endermologie® (stimulation mécanique) sur les tissus et les cellules comme les fibroblastes et les adipocytes.
Et en plus, ces études sont réalisées in vivo, sur le corps entier !

En cela, LPG® est précurseur puisque les forces mécaniques sont appliquées via les dispositifs de stimulation endermologie® grâce à de multiples protocoles.

L’un des concepts clés de la mécanobiologie est celui de mécanotransduction, c’est-à-dire la façon dont la cellule intègre le signal mécanique et le transforme en signal biochimique lui permettant de réagir, de s’adapter et même de modifier l’expression de ses gènes.

*Photo | Concept clé de la mécanobiologie : la mécanotransduction.

C’est exactement le mécanisme d’action d’endermologie®: la stimulation mécanique créée en surface avec les têtes de traitement envoie un message aux cellules cibles pour déclencher une réponse biologique : production de collagène, d’élastine et d’acide hyaluronique par les fibroblastes, stimulation des flux veineux et lymphatiques grâce aux cellules des vaisseaux (cellules endothéliales) et stimulation du déstockage des graisses (lipolyse) par les adipocytes.

Rédigé par Clelia Monteux

Voir plus d'actualités